Choisir un arc dépend à la fois du plaisir esthétique qu'on a de l'utiliser et du type de tir qu'on veut pratiquer

Les arcs traditionnels dits "de tir instinctif", comme l'arc droit et l'arc de chasse, sont mieux adaptés aux parcours Nature et 3D, qu'aux tirs Campagne, FITA, Fédéral et en salles, qui exigent une très grande précision. A contrario, on verra plus communément des arcs classiques (bare bow ou à viseur) et à poulies munis de viseurs, dans ces dernières compétitions.

Lors d'un "tir instinctif",  le cerveau doit connaître parfaitement le vol d’une flèche, qui varie en fonction de l’angle initial, de la puissance de l’arc et du poids de la flèche. L’archer se concentre uniquement sur le point d’impact, son inconscient faisant le reste.

Les tirs bare bow ou à viseur s'effectuent avec des points de repères visuels précis. C'est dans ce sens, qu'on dit (peut être à tord), qu'ils ne sont pas purement instinctifs.

La position d'armement diffère, selon que l'on tire avec ou sans viseur. Sans viseur, l'armement arrive au niveau de la commissure des lèvres. Avec viseur, l'armement se fait plus bas, au raz du menton.


ARC DE CHASSE

Arc en bois d'un seul tenant et récurve.

La flèche repose sur un plateau, au niveau de la poignée ou sur la main du tireur munie d'un gant adapté.


                                                                                   

ARC DROIT OU LONG BOW

En bois ou en roseau d'un seul tenant, il se différencie notament de l'arc de chasse, par la position de la corde aux extrêmités de l'arc : ici la corde ne touche pas le plat de la branche d'arc.

 

 

L’arc long a comme inconvénient d’être assez difficile à apprivoiser. Il demande plus de technique et de force que l’arc classique. L’arc est en particulier réputé pour « secouer » le tireur au moment de la décoche. 

La décoche doit suivre  rapidement l’armement, car les contraintes sont telles qu’elles peuvent endomager l’arc (et le dos de l'archer), si la décoche est trop retardée.



ARC CLASSIQUE

Il est présent sur toutes les compétitions, avec ou sans viseur.

Arc à deux courbures, il est parfois appelé recurve du mot anglais signifiant recourbé. En français, on l'appelle aussi arc classique. Il n'existe que depuis les années 50 dans sa forme actuelle. Il peut être monobloc (non-démontable) ou démontable, avec les 2 branches amovibles. Contrairement à l'arc de chasse, il est pourvu d'un repose-flèche qui améliore la précision du tir.

Le modèle le plus courant est celui utilisé aux jeux olyptiques, qui comporte des éléments améliorant la stabilité et la précision du tir.

 


 

ARC A POULIES

Avec ou sans viseur, c'est l'arc le plus précis et le plus rapide. Ses réglages permettent de l'adapter à la morphologie de l'archer.

 

                                                                                                  

L'arc à poulie ou compound, a été développé aux États-Unis pour la chasse au gros gibier. Le premier brevet fut déposé en 1969 par Holles Wilbur Allen. Il fut aussi utilisé pendant la guerre du Viet Nam. Les compounds sont en métal ou en matériaux composites. Au bout de chaque branche se trouve une poulie où passent des câbles. L’avantage consiste dans le fait qu' environ à la moitié de l’armement, la force nécessaire diminue de 40% à 60%, voire plus, ce qui permet à l’archer de tenir longtemps à plein armement sans fatigue, tandis qu’un arc traditionnel, une fois bandé, doit être lâché rapidement, sinon le bras de l’archer fatigue, tremble et la précision du tir diminue. La corde accélère la flèche après le lâcher ce qui lui donne plus de force. La vitesse au lâcher peut atteindre 90m/s. Le vol a très peu de parabole, ce qui accroît la précision du tir. 







 



Il n'y a aucun message pour le moment.

Laisser un message

CAPTCHA